Outils de partage

Réduire les traumas vertébraux

Les blessures à la colonne vertébrale figurent parmi les principales causes de handicap physique et psychosocial.

La réhabilitation est longue et complexe : certaines fractures très instables et dangereuses pour la moelle épinière risquent de provoquer des paraplégies et des déficits neurologiques. Mais il y a de l’espoir, et il se trouve du côté de l’École de technologie supérieure (ÉTS).

Mission : concevoir de meilleurs dispositifs de protection et de traitement de la colonne vertébrale.

Yvan Petit, directeur de l’axe traumatologie aux soins aigus du Centre de recherche de l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal et professeur au Département de génie mécanique à l’ÉTS, s’est donné comme mission de concevoir de meilleurs dispositifs de protection et de traitement de la colonne vertébrale afin de réduire les risques et la gravité des blessures et, ainsi, alléger le fardeau financier que ces traumas représentent pour le système de santé.

L’ingénieur mécanique et ses collègues Jean-Marc Mac-Thiong, orthopédiste à l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, et Vladimir Brailovski, professeur à l’ÉTS, ont testé l’utilisation de câbles superélastiques en alliage à mémoire de forme pour mieux immobiliser et stabiliser la colonne à la suite d’un traumatisme. Ces câbles ont initialement été conçus par l’équipe du professeur Brailovski pour la fermeture du sternum après une chirurgie du cœur. Les chercheurs ont développé un banc d’essai expérimental simulant les charges transmises aux vertèbres lors des mouvements anatomiques de la colonne pour comparer ce système de fixation à celui des câbles conventionnels, ainsi qu’à celui des vis et crochets.

Leurs analyses sont encourageantes : la version superélastique coupe moins l’os, stabilise mieux la colonne et maintient davantage les forces de stabilisation lors de mouvements de flexion et d’extension. D’après Yvan Petit, les tresses superélastiques sont d’intérêt pour plusieurs dispositifs médicaux de traitement et de correction, puisqu’elles s’adaptent à différentes configurations.