Outils de partage

Rôle des sphingolipides dans la pathogenèse de l’asthme

Même si l’on traite de mieux en mieux les symptômes liés à l’asthme, une proportion importante de personnes asthmatiques demeurent encore aujourd’hui réfractaires aux interventions courantes. Mais voilà que de nouvelles molécules, les sphingolipides, sont reconnues, dans le cas de l’asthme, en tant que modulateurs importants de l’immunité. Les sphingolipides sont des lipides bioactifs présents dans chacune de nos cellules. Leur potentiel thérapeutique a été démontré dans une autre maladie à connotation immune : la sclérose en plaques.

Tout récemment, il a été démontré que des analogues synthétiques des sphingolipides pouvaient également intervenir pour moduler le développement de l’asthme expérimental. Toutefois, on ne comprend pas encore tout à fait leurs mécanismes d’action – et il semble y en avoir plusieurs. C’est justement à cette tâche que s’attelle, pour les prochains quatre ans, David Marsolais. Il souhaite plus précisément arriver à définir comment les sphingolipides régulent des processus sous-jacents à l’asthme, afin de définir de nouvelles cibles pour obtenir des effets bénéfiques. Et cela d’autant plus que cette nouvelle classe de molécules est maintenant reconnue par les organismes règlementaires pour une utilisation chez l’humain.

L’asthme touche plus de 300 000 Canadiens et il est toujours considéré comme une maladie chronique incurable.