Outils de partage

Impacts sur le caribou forestier de coupes en forêt boréale

Le caribou forestier, une espèce à statut précaire au Québec, montre un recul marqué vers le nord de son aire de répartition qui semble lié à la progression des coupes forestières.

Objectifs : 1) Documenter l’utilisation de différents types de coupes par le caribou de même que l’effet de l’avancement des coupes sur l’utilisation des paysages perturbés; 2) Caractériser la réaction du caribou aux structures anthropiques autres que la coupe; 3) Simuler la réponse du caribou à différents patrons de répartition de coupes.

Méthodologie : Depuis mars 2004, nous avons équipé 78 femelles de colliers télémétriques GPS au nord-est du Saguenay–Lac-Saint-Jean, dans deux secteurs de forêt aménagée.

Résultats : Nos résultats montrent que les caribous sélectionnent la forêt 90-120 ans et tendent à surutiliser des coupes 6-20 ans en raison de leur association spatiale avec la forêt mature. Les dénudés secs sont toujours sélectionnés, tout comme les aires en régénérations issues de coupes sont toujours évitées. À fine échelle, les caribous doivent faire d’important compromis entre fréquenter les peuplements riches en nourriture et ceux offrant un faible risque de prédation. Les structures anthropiques (chalets, routes) semblent toujours évitées, mais la réponse varie selon les saisons, étant davantage marquée lorsque les faons sont vulnérables à la prédation. Les caribous démontrent une fidélité à leur domaine vital qui est compromise par l’accumulation de coupes et de routes au fil des ans, ce qui peut partiellement expliquer le déclin observé des populations.

Retombées : Nos résultats montrent les impacts négatifs des coupes et des routes forestières sur l’écologie spatiale du caribou, et démontrent que la proportion de forêts coupées est plus importante que la configuration des forêts résiduelles pour cette espèce, ce qui remet partiellement en question les stratégies de conservation et d’aménagement forestier au Québec. À l’échelle du parterre d’intervention, nous suggérons de protéger les landes à lichens en favorisant les coupes d’hiver et de limiter la régénération favorable à l’orignal et aux prédateurs. En forêt aménagée, nous préconisons la conservation de grands massifs de forêt mature et de landes à lichens tout en limitant le développement d’infrastructures humaines. Nous soulignons de plus l’importance de considérer les effets cumulés des perturbations anthropiques dans les plans d’aménagement forestier et de développement du territoire afin de conserver le caribou forestier au Québec.

 

Chercheur principal : Jean-Pierre Ouellet, Université du Québec à Rimouski

Titre original : Impacts de différents modèles de dispersion de coupes sur l’utilisation par le caribou forestier de la forêt boréale aménagée

Pour en savoir +