Outils de partage

Non, se transfuser du sang de jeunes adultes ne ralentit pas le vieillissement

Le Détecteur de rumeurs est produit par l’Agence Science-Presse, en partenariat avec
les Fonds de recherche du Québec et le Bureau de coopération interuniversitaire

Une transfusion de sang provenant de personnes plus jeunes pourrait-elle ralentir le vieillissement ? L’idée semble avoir un tel attrait qu’en février, l’Agence américaine des aliments et des médicaments (FDA) a senti le besoin de publier une alerte : à 8 000 $ du litre, méfiez-vous. Ça ressemble à une arnaque, semble aller jusqu’à dire l’Agence, ce que constate aussi le Détecteur de rumeurs.

Les faits

Il s’est publié bel et bien de la recherche là-dessus… mais sur des souris. Et pour l’instant, les résultats sont mitigés : on trouve des études qui semblent donner des résultats encourageants mais avec des échantillons très limités (celle-ci, en 2016, portait sur quatre duos de souris) et d’autres, qui n’ont observé aucun effet.

Et même les résultats encourageants laissent pendante la question des effets à long terme. La compagnie californienne derrière cet élixir à 8 000 $ du litre, Ambrosia, affirme détenir des données sur des essais cliniques (donc, sur des humains) qu’elle mène officiellement depuis 2016. Ces résultats n’ont toutefois pas encore été publiés.

Le 19 février, à la suite de l’alerte lancée par la FDA, Ambrosia a publié une note sur son site annonçant qu’elle cessait ces transfusions. Jusqu’alors, elle offrait, pour 8 000 $ le litre, du sang de donneurs de 16 à 25 ans — ou 12 000 $ pour 2 litres.

Mais il n’y a pas qu’elle : l’alerte de la FDA mentionne que « des établissements dans plusieurs États » américains offrent du sang de « jeunes donneurs » pour traiter un nombre étonnant de choses allant « du vieillissement normal et des pertes de mémoire jusqu’à des maladies graves comme la démence, le Parkinson, la sclérose en plaque, l’Alzheimer, les maladies cardiaques et le syndrome de stress post-traumatique. »

Or, non seulement n’existe-t-il « aucune preuve d’un bénéfice clinique », il peut y avoir des risques, poursuit la FDA, qui y va d’un avertissement sans équivoque : « nous sommes préoccupés par le fait que certains patients soient la proie dacteurs sans scrupules vantant comme cures ou remèdes des traitements de plasma de jeunes donneurs. »

Certains reportages publiés ces dernières années n’ont pas manqué non plus de faire un parallèle avec l’idée qu’une « fontaine de Jouvence » puisse présenter un attrait certain à une classe de babyboomers vieillissants et aux portefeuilles bien garnis.

Les trucs du Détecteur de rumeurs
Lorsqu’une nouvelle sur un traitement « miraculeux » arrive sur votre fil, qu’elle est défendue avec le plus grand enthousiasme et qu’elle évite soigneusement de donner des détails sur la maigreur de ses données, le Détecteur de rumeurs suggère de consulter des publications scientifiques s’adressant au grand public et réputées pour leur esprit critique.
Par exemple :


bandeauDetecteur_siteFinal