Outils de partage

Non, ceci ne permet pas de conclure que le vaccin cause des maladies cardiaques

Les articles du Détecteur de rumeurs sont rédigés par des journalistes
scientifiques de l’Agence Science-Presse. Les Fonds de recherche du Québec et
le Bureau de coopération interuniversitaire sont partenaires du Détecteur de rumeurs.

Un résumé d’une recherche, qui contient des erreurs typographiques et qui ne présente aucune donnée, peut difficilement être considéré comme une preuve solide d’un problème de santé causé par les vaccins. Ça n’a pourtant pas empêché un tel résumé d’être beaucoup partagé sur les réseaux sociaux, constate le Détecteur de rumeurs.

Ce qui est vrai : le 8 novembre, un résumé d’une recherche (en anglais, abstract) au titre inquiétant (les vaccins à ARN « augmentent dramatiquement » les maladies cardiaques) est apparu sur le site de la très sérieuse revue scientifique Circulation, dans la section des « abstracts » d’une « session » du congrès de l’Association américaine des maladies du coeur (AHA).

Ce qui est faux : ce n’est pas un « avertissement » émis par l’Association, comme certains l’ont affirmé sur les réseaux, puisque les résumés ne sont pas révisés avant publication. Ce n’est pas non plus une recherche scientifique, comme certains l’ont affirmé, mais un résumé de 300 mots. Et comme on a pu l’apprendre depuis le 8 novembre, il s’agit plus précisément du résumé d’une présentation de résultats préliminaires, sous la forme d’une « affiche » (en anglais, poster): c’est ainsi qu’on nommait une brève présentation, au temps des congrès en présentiel.

Ce qui est douteux : l’AHA a ajouté, le 24 novembre, un avertissement (dans le jargon anglais de l’édition scientifique, une expression of concern). On peut y lire qu’outre « plusieurs erreurs typographiques », « aucune analyse statistique n’est fournie et l’auteur ne dit pas clairement que seules des données anecdotiques ont été utilisées ».

Une recherche Google avec les mots (en anglais) COVID vaccine American heart association permet de trouver plusieurs réactions de scientifiques, y compris des scientifiques qui ont regardé l’affiche en question (seuls les inscrits au congrès y ont accès), et ont noté l’absence de données. Il n’y a non plus aucune référence.

Twitter a joint un avertissement au lien conduisant vers cet abstract, le 1er décembre.

Les astuces du Détecteur de rumeurs

1- Un résumé n’est pas une recherche.

2- Ne jamais se fier juste au titre. Un titre peut être trompeur.

3- Une recherche rapide sur l’auteur, Steven Gundry, permet de voir qu’il a une formation médicale, mais qu’il s’est surtout fait connaître depuis deux décennies comme promoteur et vendeur de produits de santé naturelle. Entre autres pour combattre les effets négatifs sur notre santé cardiaque (selon lui) des lectines présentes dans l’alimentation. Or, l’affiche en question s’achève par la recommandation de prendre un supplément alimentaire pour combattre ces lectines, supplément qui se trouve à être en vente sur le site de Steven Gundry.