3.3

Production scientifique

Part du Québec dans les publications canadiennes selon le secteur et la discipline, 2000 à 2019

La Figure 3‑3 montre que la part des publications québécoises dans le total canadien se maintient autour de 23 % tout au long de la période étudiée. En SNG, cette part est légèrement supérieure à 21 % et atteint même 23 % en 2015, tandis qu’elle oscille entre 19 % et 20 % en SSH jusqu’en 2012 et atteint les 21% à partir de 2014, ce qui, compte tenu du biais linguistique, représente une performance honorable. C’est dans le secteur des sciences de la santé que la part du Québec demeure la plus élevée. On remarquera toutefois que celle-ci a décliné au cours des années, passant de 26 % à 24 % entre 2000 et 2010 pour ensuite osciller entre 24 % et 25 % au cours des dernières années.

Selon les disciplines, on remarque qu’entre 2000 et 2019, la part du Québec a diminué légèrement en génie (de 25 % à 24 %) en physique (de 26 % à 24 %), en médecine clinique (de 26 % à 25 %), en recherche biomédicale (de 28 % à 26 %) et dans les arts (de 22 % à 20 %). En revanche, elle a augmenté de façon notable en mathématique (de 16 % à 19 %), en sciences de la terre (17 % à 21 %), dans la discipline « santé » qui regroupe les études sur les aspects sociaux de la santé (de 17 % à 22 %) et dans les « champs professionnels » comme le droit, l’administration, le travail social, etc. (de 18 % à 23 %).

 

Figure 3‑3 | Part du Québec dans les publications canadiennes selon le grand domaine disciplinaire et la discipline, 2000 à 2019

Source : Observatoire des sciences et des technologies (Clarivate Analytics – Web of Science). Dernière mise-à-jour: janvier 2021.