fbpx

Outils de partage

L’intelligence artificielle au service de l’épilepsie

Dans le monde, 50 millions de personnes souffrent d’épilepsie, une maladie neurologique caractérisée par des crises récurrentes liées à des décharges électriques excessives dans le cerveau. Ces crises peuvent prendre diverses formes, allant de sensations bizarres à une perte de conscience et à des convulsions invalidantes. Si 65 % des épileptiques sont bien contrôlés par la médication, les autres continuent d’avoir des attaques pouvant causer des blessures, des chutes ou même le décès. Selon Dang Khoa Nguyen, professeur au Département de neurosciences de l’Université de Montréal et chercheur au Centre de recherche du CHUM, l’intelligence artificielle pourrait changer la vie de ces personnes en prédisant la survenue d’une crise, facilitant ainsi une intervention appropriée.

Les chercheurs collaborent avec l’industrie pour concevoir des algorithmes de détection de crises, basés sur les changements de certains signaux physiologiques.

Le chercheur-neurologue et son équipe ont développé des algorithmes de prédiction en étudiant les signaux électriques du cerveau avant, pendant et après une crise. Ils ont récolté des résultats en plaçant des électrodes dans le cerveau de patients épileptiques, résultats qu’ils ont combinés à des bases de données américaines et australiennes. La preuve de concept étant faite, les chercheurs rêvent maintenant de développer un système qui enverrait une alerte sur le téléphone du patient et d’un proche aidant et, pourquoi pas, injecterait automatiquement une dose supplémentaire de médicament directement dans le cerveau pour empêcher la crise.

Tout en travaillant sur cette application, les chercheurs collaborent avec l’industrie pour concevoir des algorithmes de détection de crises, basés sur les changements de certains signaux physiologiques (fréquence cardiaque, respiration, activité musculaire, transpiration) qui seraient captés par des vêtements ou des accessoires connectés. Un tel système permettrait notamment d’alerter parents, proches aidants, infirmières ou médecins afin qu’ils puissent intervenir rapidement pour briser la crise et minimiser les risques de blessures ou de décès, que ce soit à domicile, à l’hôpital ou dans un centre d’hébergement.