Outils de partage

Exploiter les données de nos automobiles

Savez-vous que votre voiture est une source de données précieuses ? Nombre de véhicules sont en effet munis de capteurs, de caméras et de radars. Tels des yeux invisibles, ils surveillent la pression de vos pneus, l’environnement autour du véhicule, l’état de la chaussée. De plus en plus de manufacturiers expérimentent également des technologies qui permettent aux automobiles de communiquer entre elles leur position, leur vitesse et leur direction, prévoyant ainsi un risque de collision.

Les voitures pourraient devenir des sentinelles de l’état du trafic et des routes.

Cette information sert pour le moment aux conducteurs de véhicules, mais les chercheurs rêvent d’un nuage informatique dans lequel les données de toutes les automobiles pourraient être exploitées, par exemple, par Transports Québec et par les instances municipales. Selon Soumaya Cherkaoui, professeure au Département de génie électrique et de génie informatique de l’Université de Sherbrooke, les voitures pourraient devenir des sentinelles de l’état du trafic et des routes. Par exemple, les ingénieurs pourraient repérer les nids de poule grâce aux capteurs qui enregistrent l’enfoncement de chaque voiture. Mais comment faire parler des millions d’autos de manière efficace ?

L’équipe du laboratoire Interlab que dirige Soumaya Cherkaoui développe des outils – protocoles et normes de communication, algorithmes mathématiques – pour partager les données par le biais des réseaux locaux intégrés dans chaque auto. Les chercheurs se penchent notamment sur la communication dédiée à courte portée, qui devrait être de plus en plus présente dans les véhicules intelligents. Comme ce mode de communication sans fil fonctionne sans utiliser le réseau cellulaire, il n’occasionne pas de frais d’utilisation. Il s’agit maintenant d’adapter cette technologie pour récolter les données utiles sans mettre en péril les applications de sécurité.

À l’heure actuelle, ce ne sont pas tous les véhicules qui produisent des données. Cependant, comme le parc automobile se renouvelle tous les dix ans et qu’il y a de plus en plus de voitures intelligentes sur les routes, la professeure Cherkaoui estime qu’il faut apprendre à exploiter rapidement cette mine d’information qui prend de l’ampleur de jour en jour.