Outils de partage

La vitamine C guérit du coronavirus ? Faux

Les articles du Détecteur de rumeurs sont rédigés par des journalistes
scientifiques de l’Agence Science-Presse. Les Fonds de recherche du Québec et
le Bureau de coopération interuniversitaire sont partenaires du Détecteur de rumeurs.

Auteur : Agence Science Presse – Gabrielle Brassard-Lecours

Parmi les nombreux pseudo-remèdes proposés contre la COVID-19, il en est un qui semble à la portée de tous: la vitamine C. Le Détecteur de rumeurs rappelle que non seulement elle ne guérit pas la COVID-19, mais qu’elle a même du mal à enrayer un simple rhume…

L’origine de la rumeur
Sur diverses chaînes YouTube et sur le web, des naturopathes ont publié des séries de vidéos recommandant (et dans certains cas, vendant eux-mêmes) des produits prétendument « miracle » pour combattre le coronavirus. L’un d’eux, au Colorado, a recommandé à ses 58 000 abonnés sur YouTube de prendre des méga-doses intraveineuses de vitamines C et D3. Des scientifiques s’inquiètent, alléguant que des méga-doses peuvent être dangereuses pour la santé.

L’une des justifications émises pour défendre la vitamine C est que la COVID-19 et la grippe, bien que ne faisant pas partie de la même famille de virus, partagent certaines caractéristiques communes: elles sont propagées par des gouttelettes provenant de la bouche ou du nez, et peuvent causer des problèmes respiratoires. Le problème, c’est que l’efficacité de la vitamine C contre le rhume ou la grippe est elle-même une information exagérée qui court depuis longtemps.

Une vieille fausse information
C’est le chimiste américain Linus Pauling, double récipiendaire du Prix Nobel (le premier pour ses travaux en chimie quantique, le second pour la paix), qui a popularisé l’idée dans les années 1970. Dans son livre Vitamin C and the Common Cold (La vitamine C et le rhume), vendu à des millions d’exemplaires, il vantait les mérites de ce traitement pour guérir non seulement le rhume, mais aussi le cancer et plusieurs autres maladies. Une recension de plusieurs dizaines d’études en 2013 a conclu que le fait d’en prendre des suppléments, même tous les jours, n’a aucune incidence sur un rhume, sinon sur sa durée, qui pourrait être réduite d’une journée. La vitamine C ne semble pas non plus réduire le nombre de rhumes par année.

En fait, ce qui ressort de cette méta-analyse, remise à jour en 2017, c’est que pour avoir une quelconque influence sur la santé, la vitamine C doit être prise en très grande dose, beaucoup plus grande que l’apport quotidien recommandé. Ça peut être dangereux pour la santé mais, dans le contexte d’urgence entourant l’actuelle pandémie, des patients, notamment à New York et à Wuhan, ont été soumis, ces dernières semaines, sous supervision médicale, à des injections de fortes doses de vitamine C, dans l’espoir que cela contribue à réduire la présence du virus. Des résultats sont attendus dans les prochaines semaines ou les prochains mois.

L’astuce du Détecteur de rumeurs
Se rappeler que personne ne peut dire, à l’heure actuelle, si quoi que ce soit « guérit » du coronavirus. Des milliers de scientifiques et de médecins sont engagés en ce moment même, à travers le monde, dans des expériences sur plusieurs dizaines de produits et de médicaments.

 

bandeauDetecteur_siteFinal