Outils de partage

Atteindre de hauts sommets par la méthode Sherpannie

Mener un projet de recherche suppose de s’avancer sur des terrains inconnus. Les chercheurs apprennent à se lancer dans des projets parfois périlleux tout en calculant les risques. La complexité est bien réelle, mais c’est en partie ce qui rend l’aventure fascinante pour plusieurs d’entre eux. « Lorsque j’étais microbiologiste en laboratoire, je me suis rendu compte que j’étais plus attirée par la gestion de la science que par le travail de laboratoire », avoue Annie Chouinard. Elle décide alors de prendre des cours de gestion de projet et faire une thèse et de s’intéresser tout particulièrement aux projets complexes et innovants, ceux pour lesquels plusieurs paramètres ne peuvent être définis au départ. De l’incertitude certes, mais une instabilité qui permet d’avancer ! Cet intérêt pour la gestion des projets innovants sert maintenant de socle pour l’entreprise qu’elle a fondée.

Lorsque j’étais microbiologiste en laboratoire, je me suis rendu compte que j’étais plus attirée par la gestion de la science que par le travail de laboratoire.

Ça faisait longtemps que ça lui trottait dans la tête. Elle voulait se sentir plus libre, continuer à apprendre et trouver de nouveaux défis : chose faite en démarrant sa propre affaire, Sherpannie. Annie propose un accompagnement personnalisé aux entreprises en demande d’un coup de pouce stratégique. « Par exemple, Océan-Cam en Gaspésie avait besoin d’un accompagnement personnalisé pour la commercialisation internationale. Je les ai aidés à le faire avec une démarche qui respecte leurs valeurs », explique l’entrepreneure. Le nom qu’elle a choisi pour son entreprise reflète d’ailleurs bien son offre. Tel un guide Sherpa, elle porte les projets vers les plus hauts sommets.

Sherpannie a été choisie comme Coup de cœur « Étudiant créateur d’entreprise » décerné par les Fonds de recherche du Québec dans le cadre de OSEntreprendre. Annie Chouinard a également pu compter sur l’équipe d’entrepreneuriat à l’Université du Québec à Rimouski, sans qui elle ne serait pas allée si loin dans la réflexion de son plan d’affaires. Elle travaille aussi dans l’espace collaboratif « La Station », de Rimouski, un lieu de réseautage où elle s’est sentie épaulée dans cette aventure.