Outils de partage

À quoi carbure la planification des transports ?

Auparavant, la planification des transports (automobile et transports en commun) reposait surtout sur des critères d’ingénierie et de développement économique. Mais depuis quelques années, des préoccupations d’ordre environnemental, social et démographique ont gagné en importance. Quels facteurs déterminent comment on tient compte de ces nouveaux aspects ?

La formation des responsables semble jouer un rôle déterminant dans le choix du style qu’ils adopteront.

Kevin Manaugh, chercheur aux départements de géographie et d’environnement de l’Université McGill, a réalisé un sondage auprès de 311 personnes engagées dans la planification des transports nord-américains. Cela lui a permis de définir quatre styles de planification de la mobilité : l’approche technique, qui préfère s’appuyer sur des données scientifiques et techniques ; l’approche politique, qui cherche à faire avancer des idées fondées sur des convictions personnelles ; l’approche collaborative, qui repose sur les consultations publiques ; et l’approche militante, qui s’efforce d’inclure les populations défavorisées dans les consultations publiques.

L’identité et la formation des responsables semblent jouer un rôle déterminant dans le choix du style qu’ils adopteront. Ainsi, ceux qui appartiennent à un groupe minoritaire ou qui sont titulaires d’un certificat opteront plus souvent pour un style militant, alors que ceux qui ont une formation d’ingénieur choisiront une approche plus technique. Selon le chercheur, intégrer les valeurs sociales et environnementales dans l’enseignement initial et dans la formation continue contribuerait à sensibiliser les responsables.

Le style de planification choisi est aussi déterminé en partie par l’employeur. Ainsi, l’importance accordée aux valeurs sociales est plus élevée lorsque l’employeur a des processus décisionnels qui tiennent compte des besoins de l’ensemble de la population. Les travaux de Kevin Manaugh suggèrent qu’il serait possible d’influer sur l’attitude des responsables de la planification des transports en instaurant dans les municipalités ou dans les organismes régionaux de transport des politiques institutionnelles qui accordent une plus grande importance à des valeurs comme l’environnement et l’équité envers les populations défavorisées.