fbpx

Atelier en conseil scientifique au gouvernement

Monastère des Augustines, Québec

Les membres des gouvernements ont besoin de connaissances scientifiques et de données probantes pour prendre des décisions éclairées et élaborer des politiques publiques. Dans plusieurs cas, la communauté de recherche est en mesure de répondre à ces besoins, mais encore faut-il que les liens se soient bien établis entre les milieux scientifiques et gouvernementaux, en particulier pour des enjeux nécessitant la collaboration de différents ministères.

Par la tenue d’un atelier immersif sous l’égide de l’International Network for Government Science Advice (INGSA), le 28 mars dernier au Monastère des Augustines à Québec, le scientifique en chef souhaite amorcer une réflexion sur la prise de décision éclairée par les faits et données probantes. Pendant une journée, une cohorte d’une cinquantaine de participantes et participants, pour moitié issus des gouvernements municipal et provincial et pour moitié issus de la communauté de recherche, a traité une étude de cas fictive dans laquelle chercheurs et décideurs sont amenés à interagir. Cette activité est conçue pour que les participantes et les participants puissent :

  1. parfaire leur connaissance d’un milieu qui leur est moins familier - soit le milieu gouvernemental, soit le milieu scientifique - et approcher la complexité des relations entre ces deux milieux ;
  2. réseauter avec des personnes qui ont des intérêts similaires aux leurs.

Aperçu de la journée en vidéo :

RHODÉCAR - ÉTUDE DE CAS FICTIVE
Le Rhodécar est un pays de 10 millions d’habitants qui fait face à des problèmes de chômage dans certaines régions excentrées. Le premier ministre du gouvernement élu majoritaire a l’intention d’investir massivement dans une infrastructure de gestion des déchets en région, en souhaitant que celle-ci lui permette de créer des emplois pérennes tout en lui apportant une nouvelle source de production d’énergie.

Quelle technologie devrait être choisie pour ce projet : la biométhanisation, le compostage, la gazéification ? Quel endroit devrait être choisi pour implanter cette nouvelle infrastructure ? Les décisions prises par le premier ministre et par la ministre de l’Économie ne seront pas seulement influencées par les faits et les données probantes que pourront leur fournir les experts, mais aussi par les relations quelque peu tendues avec le pays voisin, les inquiétudes de la population locale par rapport à la santé et à l’environnement, etc.
Rhodécar - créer des emplois en valorisant les déchets

PROGRAMME
Guide de participation à l’activité

PRÉSENTATIONS

CONTEXTE
Il y a quatre ans, l’International Network for Government Science Advice (INGSA) a décidé d’organiser une série d’ateliers afin de renforcer les capacités de certains pays en matière de conseil scientifique aux gouvernements. Alors que dans les premières années, les pays visés étaient principalement des pays de l’hémisphère Sud (Afrique, Caraïbes, Amérique du Sud, Asie, etc.), l’INGSA a commencé à développer des formats d’ateliers pour des pays occidentaux (Danemark, Allemagne, Grande-Bretagne). Dans ce contexte, en tant que vice-président de l’INGSA, le scientifique en chef du Québec a décidé d’organiser un atelier au Québec, pour sa communauté.


Personne-ressource
Julie Dirwimmer
Conseillère principale – relations science & société
Bureau du scientifique en chef du Québec
514 873-2114, poste 1284