2.1

Capacité de recherche

Revenus de recherche des universités : le poids du fédéral

La répartition des revenus de recherche externes des universités québécoises entre 2001 et 2018 montre que les subventions et contrats du gouvernement fédéral représentent un peu moins de 50 % des sommes impliquées. Comme l’illustre la Figure 2‑1, cette part s’est accrue légèrement entre 2000 et 2009, passant de 46 % à 48 %, pour redescendre à 44 % en 2018. La part du gouvernement provincial a elle aussi augmenté entre 2000 et 2009, passant de 20 % à 22 %, pour redescendre à 21 % en 2018. En revanche, les sources de revenus autres ont fléchi quant à elles de 21 % à 18 % entre 2000 et 2009 pour remonter à 23 % en 2018, tandis que la part des entreprises s’est rétrécie, passant de 14 % en 2000 à 12 % en 2009 et 11 % en 2018.

Reportée sur tout le Canada, la part de l’ensemble des revenus de recherche obtenue par les universités québécoises est restée relativement stable, de 27 % à un peu plus de 26 % entre 2000 et 2009, et se situe encore à ce niveau, malgré une légère remontée en 2018. Source par source, on observe que la part du financement fédéral obtenue par les universités québécoises a décliné de 29 % en 2001 à 26 % en 2018, alors que sa part des fonds provinciaux est passée de 28 % à 36 % au cours de la même période.

En  nombres absolus, les investissements du gouvernement du Québec sont passés de 178 M$ en 2000 à 456 M$ en 2018, soit une augmentation de 157 %, tandis que les investissements fédéraux au Québec sont passés au même moment de 417 M$ à 953 M$ pour une augmentation de 128 %. Par ailleurs, les universités québécoises récoltent, selon les années, entre 22 % et 25 % des fonds de recherche des entreprises destinés à la recherche universitaire au Canada et entre 23 % et 27 % des fonds de sources « Autres », ce qui comprend les revenus de source étrangère, de fondations (et autres organismes privés à but non lucratif), de municipalités et de particuliers. Notons que les professeures et professeurs québécois représentent autour de 23 % du corps professoral canadien tout au long de la période.

Figure 2-1 | Revenus de recherche des universités québécoises selon la provenance, 2001, 2009 et 2018

Source : ACPAU, Information financière des universités et collèges, Exercices financiers 2000-2001, 2009-2010 et 2018-2019, Tableau 2.1A Revenus par fonds : par source et par province – Recherche subventionnée – Total en milliers (‘000$).
* Autres: comprend les revenus de source étrangère, d’OSBL, de fondations, de municipalités et de particuliers.