2.5

Capacité de recherche

Formation universitaire : un rythme de croissance en perte de vitesse

Au cours des vingt dernières années, la croissance des inscriptions à des études universitaires, entamée dans les années 1960, s’est poursuivie de façon régulière. En effet, les inscriptions dans les programmes de baccalauréat sont passées de 120 000 à 172 000 entre 2000 et 2018, soit une augmentation de 44 % (Figure 2‑5). Au cours de la même période, les études des cycles supérieurs ont progressé de 71 % à la maîtrise et de 96 % au doctorat, avec des inscriptions qui sont passées de 24 500 à 41 900 à la maîtrise et de 8 700 à 17 000 au doctorat.

Toutefois, le rythme de croissance des études universitaires au Québec n’a pas suivi celui du reste du Canada au cours de la décennie 2000-2010, si bien que sa part des inscriptions a décliné. Au baccalauréat par exemple, les inscriptions enregistrées dans les universités québécoises représentaient 20 % du total canadien en 2000 et 18 % en 2010 (Figure 2‑5, lignes rouges). De façon analogue, la part du Québec a décliné durant la même période de 32 % à 30 % à la maîtrise et de 33 % à 31 % au doctorat.

Figure 2-5 | Nombre d’inscriptions au baccalauréat, à la maitrise et au doctorat, 2000 à 2018

Source : Statistique Canada, Tableau 37-10-0015-01, (téléchargé le 2 juin 2021).