Outils de partage

Utiliser la toxine du choléra pour guérir d’autres maladies

Nombre de médicaments ne débouchent jamais sur le marché, car ils sont incapables de franchir les cellules de l’intestin et d’atteindre la circulation sanguine. Le professeur agrégé à la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal et membre du Groupe de recherche universitaire sur le médicament, Grégoire Leclair, s’est inspiré de la toxine du choléra pour faciliter l’absorption de certaines molécules thérapeutiques.

Cette découverte pourrait permettre le développement de nouveaux médicaments.

La toxine du choléra est une molécule qui possède deux domaines : l’un est toxique et entraîne de graves problèmes intestinaux chez les individus atteints, l’autre est responsable du transport de cette molécule à travers la barrière intestinale. Le chercheur a isolé cette partie non toxique et l’a liée à une molécule biologique possédant une action thérapeutique pour former un bioconjugué. Il a ensuite tenté de lui faire traverser la barrière intestinale en utilisant une protéine empruntée par le choléra pour contaminer le corps humain : la protéine GM-1. Ce moyen de transport s’est avéré particulièrement efficace dans le cas des grosses protéines biologiques, qui ont réussi à franchir la barrière.

La prochaine étape pour l’équipe du chercheur : effectuer des tests chez la souris pour vérifier si la molécule atteint la circulation sanguine. Si les expériences sont concluantes, cette découverte pourrait permettre le développement de nouveaux médicaments. En effet, les compagnies pharmaceutiques travaillent de plus en plus avec de grosses molécules biologiques pour développer des traitements, notamment contre le cancer. De plus, la protéine GM-1 est présente dans plusieurs régions du corps, dont le cerveau et les poumons. Jumeler un médicament à la portion non toxique de la toxine du choléra pour en faire un bioconjugué constituerait une porte d’entrée vers la barrière hémato-encéphalique ou les cellules des poumons pour cibler et traiter directement ces organes.