Outils de partage

Traumatismes craniocérébraux : remettre les pendules à l’heure !

Associés à des séquelles physiques, cognitives et psychologiques, les traumatismes craniocérébraux (TCC) sont la principale cause de mortalité et d’invalidité chez les jeunes adultes. Pour ce qui est de l’ensemble des personnes touchées par un TCC, la fatigue, l’hypersomnie et l’insomnie sont parmi les symptômes les plus rapportés et les plus invalidants. Les observations cliniques réalisées chez les patients hospitalisés suggèrent que ces troubles apparaissent dès les premières semaines suivant le traumatisme ; par exemple, on verra des individus incapables de demeurer éveillés pendant quelques heures consécutives au cours de la journée ou présenter des cycles veille-sommeil altérés. Dans ce dernier cas, il pourrait s’agir de dysfonctionnements liés à l’horloge circadienne.

Sachant que le sommeil est nécessaire à la formation de nouveaux neurones et synapses, Nadia Gosselin se préoccupe de la qualité et de la vitesse de récupération des patients touchés par un TCC. L’étude des conséquences de ces troubles est au coeur de son programme de recherche. Elle compte également tester l’effet des séances de luminothérapie sur ces personnes, puisque cette intervention améliore les rythmes de l’horloge circadienne. Les patients ainsi traités seront exposés, durant le jour, à une lumière vive, et, la nuit, à une lumière tamisée. L’amélioration souhaitée serait effective dès la période critique suivant le TCC.

Les résultats des travaux de Nadia Gosselin devraient aider les chercheurs à mieux comprendre les conséquences des troubles de sommeil sur la récupération des personnes atteintes de TCC.