Outils de partage

Quand le caribou rencontre l’ours noir

L’aménagement actuel des forêts favorise les face à face entre le caribou forestier et son principal prédateur, l’ours noir. Les zones de coupe attirent particulièrement les deux espèces au printemps, et ce, au détriment des jeunes caribous, qui deviennent des proies de choix. Cette situation préoccupe Martin-Hugues St-Laurent, professeur d’écologie animale à l’Université du Québec à Rimouski, dont les études confirment le lien entre l’intensification des coupes forestières, la présence de l’ours noir et le déclin du cervidé.

Selon ses dernières analyses, le taux de survie des faons du caribou en forêt aménagée au Saguenay–Lac-St-Jean n’est que de 53 % dans leur premier mois de vie; près de 60 % des décès sont dus à la prédation par l’ours noir.

L’ouverture du territoire par des coupes et des routes forestières conduit l’ours plus facilement vers les faons.

Le professeur St-Laurent enregistre les allées et venues du cervidé et de l’ursidé grâce entre autres à des colliers télémétriques. En analysant ensuite les comportements des caribous qui survivent, le scientifique a observé que ceux qui évitent les secteurs aménagés ont un taux de survie plus élevé, puisqu’ils rencontrent rarement leur prédateur. À l’inverse, l’ouverture du territoire par des coupes et des routes forestières conduit l’ours plus facilement vers les faons, notamment en période de mise bas. À la recherche de nourriture pour refaire leurs forces après l’hiver, les deux espèces affectionnent les superficies exploitées, où les repousses végétales sont riches en protéines.

Martin-Hugues St-Laurent souligne l’importance d’aménager la forêt de façon plus favorable au caribou qu’à l’ours noir, par exemple par de nouvelles méthodes de coupes partielles. Il espère que ces résultats inciteront les décideurs à mieux allier les besoins de l’industrie forestière aux engagements légaux de protection du caribou, classé espèce menacée depuis 2005.