Outils de partage

Les jeux de hasard et d’argent chez les étudiants universitaires

Les étudiants universitaires sont reconnus pour être plus à risque de développer des problèmes de jeu excessif. Près de 105 000 étudiants sont inscrits annuellement dans des programmes universitaires de 1er cycle sur l’île de Montréal, ce qui nécessite une meilleure compréhension de leurs comportements de jeu et des problèmes qui peuvent en résulter. Dans cet environnement cosmopolite où les possibilités de jeu sont nombreuses, une telle analyse permet de soutenir la mise en place de mesures préventives dans une perspective globale de santé publique.

L’achat de billets de loterie et les paris au poker figurent parmi les activités de jeu les plus populaires chez les étudiants universitaires.

L’enquête réalisée auprès de 2 139 étudiants de 1er cycle, échantillon représentatif de toutes les universités situées sur l’île de Montréal, sauf une, ainsi que leurs établissements affiliés, révèlent que l’achat de billets de loterie et les paris au poker figurent parmi les activités de jeu les plus populaires chez les étudiants universitaires et les dépenses au jeu sont plus élevées lorsque misées sur Internet, principalement au poker. Les mises au jeu et les dettes sont moins élevées lorsque l’activité a lieu en présence de partenaires, principalement des amis ou des membres de la famille. On estime qu’environ 6,2 % des étudiants sont des joueurs problématiques ou à risque modéré de vivre des problèmes de jeu, tandis que 9 % déclarent avoir vécu des difficultés dans au moins un aspect de leur vie à cause du jeu. Les joueurs problématiques déclarent des dépenses et des dettes plus substantielles et présentent un risque plus élevé de consommation problématique d’alcool, d’usage de cannabis et d’autres substances illicites ainsi qu’un plus haut niveau de détresse psychologique, comparativement aux joueurs sociaux ou à faible risque.

Les résultats indiquent que des mesures préventives sont à privilégier dans le milieu universitaire. Des campagnes de sensibilisation doivent mettre en évidence les risques associés au poker en ligne, notamment en raison de sa popularité auprès des étudiants. De même, il faudrait privilégier des actions concertées pour limiter la disponibilité et l’accessibilité du jeu pour les étudiants.

 

Chercheuse principale : Sylvia Kairouz, Université Concordia

Titre original : Le projet ENHJEU : Analyse contextuelle des jeux de hasard et d’argent chez les étudiants universitaires

Pour en savoir +