Outils de partage

Exercice physique : tout est dans le timing

Faire de l’exercice, c’est bien ; mais en faire au bon moment, c’est encore mieux! Ainsi, les enfants qui bougent intensément pendant 30 minutes avant de diner consomment 10 % moins de calories et 25 % moins de lipides que lorsqu’ils mangent après une période de lecture. Ce constat ressort des travaux de Marie-Ève Mathieu, chercheuse au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine et professeure au Département de kinésiologie de l’Université de Montréal, qui cherche à prévenir l’obésité par l’exercice physique chez les jeunes.

Ainsi, les enfants qui bougent intensément pendant 30 minutes avant de diner consomment 10 % moins de calories et 25 % moins de lipides que lorsqu’ils mangent après une période de lecture.

La chercheuse confirme ainsi que l’activité physique doit être abordée comme un médicament : la bonne dose au bon moment de la journée afin d’en tirer le bénéfice maximal. Pour déterminer cette posologie, Marie-Ève Mathieu a analysé les données épidémiologiques d’une cohorte de 600 familles sur 10 ans. Elle a également suivi en laboratoire des adolescents âgés de 15 à 25 ans et, récemment, réalisé des tests dans une classe de maternelle. Elle a comparé plusieurs scénarios d’activité physique, avant et après l’heure du diner, à des intensités différentes. Ses premiers résultats montrent que bouger juste avant le repas du midi semble correspondre à un déficit énergétique (moins de calories ingérées) pour toute la journée.

Devrait-on déplacer la récréation avant le diner? On n’en est pas encore là, car la chercheuse doit vérifier si le choix de ce moment est optimal pour les jeunes en surpoids ou atteints de maladies chroniques. En effet, d’autres études ont montré qu’un diabétique gagne à bouger après les repas pour faire baisser son taux de sucre, alors qu’un hypertendu doit privilégier la soirée. Plusieurs écoles ont montré leur intérêt à participer aux différents projets de Marie-Ève Mathieu.