Outils de partage

Athérosclérose et cellules dendritiques

Maladie dégénérative, l’athérosclérose est caractérisée par l’accumulation de dépôts de cholestérol et d’autres matériaux sur la surface interne des artères irriguant le cœur.

Ces dépôts peuvent s’amonceler au point de causer toutes sortes de désordres: formation de caillots sanguins, induction de réponses inflammatoires chroniques et, ultimement, infarctus du myocarde.

Cheolho Cheong s’intéresse au volet inflammatoire du processus et il concentre ses efforts sur les cellules dendritiques. Parmi les différents types de cellules immunitaires qui participent activement à cette inflammation (monocytes, macrophages, lymphocytes T), les cellules dendritiques ont un rôle difficile à cerner. L’ensemble des études ayant abordé cette question leur reconnaît néanmoins une part importante dans l’orchestration de la réponse fonctionnelle d’une bonne douzaine de types de cellules immunitaires, ainsi que dans la prévention des réactions auto-immunes.

Récemment, le groupe de recherche de Cheolho Cheong est arrivé à démontrer la présence de cellules dendritiques à l’intérieur même de vaisseaux athérosclérotiques. Partant de là, le scientifique se propose de caractériser les sous-populations de cellules dendritiques retrouvées dans ces vaisseaux. Pour ce faire, il utilisera des souris génétiquement modifiées (où l’athérosclérose a pu être reproduite), qui lui permettront d’étudier de manière sélective chacune des sous-populations rencontrées.

Le chercheur croit qu’une meilleure compréhension des aspects fondamentaux de la biologie des cellules dendritiques pourrait conduire non seulement à une meilleure prévention de l’athérosclérose, mais également à de nouveaux traitements qui pourraient inclure une manipulation des cellules dendritiques.

 

Chercheur principal : Cheolho Cheong, chercheur-boursier junior 1 (2013-2014), Institut de recherches cliniques de Montréal

Titre originalAthérosclérose et cellules dendritiques