Conseil scientifique aux gouvernements

Dans le cadre de ses mandats de conseil scientifique et de développement du rayonnement international de la recherche québécoise, le scientifique en chef participe activement à l’International Network for Government Science Advice (INGSA). L’INGSA est une plateforme collaborative réunissant diverses organisations consultatives nationales et internationales en sciences, afin de faciliter les échanges politiques, le renforcement des capacités et la recherche en matière de conseil scientifique. Rémi Quirion, en tant que membre du conseil consultatif, y réalise plusieurs activités.


Créer une capacité en conseil scientifique aux gouvernements : atelier de formation pour l’Afrique francophone

La science, la technologie et l’innovation (STI) sont déterminantes pour la réalisation d’objectifs de développement nationaux, régionaux et internationaux, dans de nombreux domaines : santé de la population, exploitation des ressources naturelles, éducation, etc. Les conseillères et conseillers scientifiques sont de plus en plus sollicités par les décideurs dans l’élaboration et la mise en place de politiques fondées sur des données probantes. Dans cette perspective, l’International Network for Government Science Advice (INGSA) organise une série d’ateliers de formation permettant de renforcer les capacités en conseil scientifique aux gouvernements, en particulier sur le continent africain.

Un premier atelier de ce type s’est tenu en février 2016 à Hermanus, en Afrique du Sud. Celui-ci ayant remporté un grand succès auprès de la communauté de recherche en Afrique anglophone, le Professeur Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec et membre de l’INGSA, et le Président de l’Académie Nationale des Sciences et Techniques du Sénégal (ANSTS), représenté par le Professeur Doudou Ba, organisent un atelier de formation similaire destiné à l’Afrique francophone.

L’Atelier de formation pour l’Afrique francophone visant à créer une capacité en conseil scientifique aux gouvernements s’est déroulé du 5 au 7 mars 2017, à Dakar, au Sénégal. Il a rassemblé une quarantaine de scientifiques de tous niveaux et de toutes disciplines, ainsi que des personnes ressources du milieu politique. Ils y ont discuté, en français, de modèles de service-conseil dans le domaine scientifique et de pratiques de travail prometteuses, au carrefour de la science et des politiques. Ces participantes et participants formeront la base d’un réseau de conseil scientifique en Afrique francophone, ainsi qu’avec le reste de l’Afrique.

Programme de l’atelier

Études de cas

  • JIBAJI – Établissement d’un barrage et gouvernance des ressources en eau
  • DOUMBÉLANE – Mobilisation des ressources en eau et des terres pour la sécurité alimentaire
  • MULIKAMÉE – Lutter contre le chômage, l’émigration et la radicalisation
  • ÉPIDÉMIA – Pandémies, paniques et frontières internationales

Des versions anglaises de ces études de cas sont disponibles sur le site web de l’INGSA.

Présentations

Atelier-Dakar

Cet atelier est organisé par l’Académie Nationale des Sciences et Techniques du Sénégal (ANSTS) et les Fonds de recherche du Québec (FRQ) dans le cadre des activités de l’International Network for Government Science Advice (INGSA), en partenariat avec le Centre de recherche pour le développement international (CRDI) le Programme Aid du ministère du Commerce et des Affaires étrangères de la Nouvelle-Zélande et le Wellcome Trust.

logos_conseil-scientifique_vf


Un article cosigné par le scientifique en chef du Québec sur les pratiques en conseil scientifique au Canada et au Québec

À l’occasion du deuxième colloque de l’International Network for Government Science Advice (INGSA), le scientifique en chef du Québec a publié dans le journal Palgrave communications l’article Reflections on science advisory systems in Canada. Les quatre auteurs de l’article, Rémi Quirion, Arthur Carty, Paul Dufour et Ramia Jabr, dressent un portrait historique et contextualisé de la pratique du conseil scientifique au Canada et au Québec, et soulignent la nécessité de stabiliser le système en place, par-delà les aléas et changements politiques.

Consulter l’ensemble du dossier spécial Scientific advice to governments