L’envol

Photo : Centre culturel de Causapscal

L’envol
Organisation : Ville de Causapscal

L’œuvre a comme idée maîtresse de redonner une visibilité et une présence dans le quotidien et dans le paysage aux jeunes, qui ont été « effacés » de l’œil du public au printemps 2020, et sa monumentalité vise à créer un contraste saisissant pour l’observateur et à mettre toute l’attention sur le sujet traité.


Lieu

Causapscal, Bas-Saint-Laurent


Équipe

Pierre Durette, avec le soutien du muraliste Carlos Oliva et de Mariane Valois-Demers (étudiante au doctoral en psychologie, Université Laval).


Démarche artistique

Inspiré par la pandémie de la COVID-19, par des échanges avec la doctorante en psychologie Marianne Valois-Demers et par les impacts psychologiques de la pandémie sur les jeunes, l’artiste en arts visuels Pierre Durette a imaginé une œuvre murale de grande dimension qui ornera la façade et un mur du Centre culturel de Causapscal. Préalablement à la réalisation du projet, afin de capter leur état d’esprit, des enfants participant au camp de jour local ont été invités à produire des dessins et des élèves du secondaire ont complété un sondage.

Réalisée avec la collaboration de l’artiste muraliste Carlos Oliva, l’œuvre a comme idée maîtresse de redonner une visibilité et une présence dans le quotidien et dans le paysage aux jeunes, qui ont été en quelque sorte « effacés » de l’œil du public pendant le confinement du printemps 2020. Alors que les impacts de la COVID-19 sur la santé physique ont été largement abordés dans l’espace médiatique, les effets et conséquences de l’isolement et du confinement ont beaucoup moins suscité de discussions, en particulier en ce qui concerne les jeunes.

La monumentalité de l’œuvre vise à créer un contraste saisissant pour l’observateur et à mettre toute l’attention sur le sujet traité. L’artiste a tenu à recréer à grande échelle les traits des crayons de cire, de bois, de feutre utilisés par les jeunes pour s’exprimer par le dessin. La représentation sur les murs de dessins d’enfants, dont l’immensité inhabituelle capte le regard à tout coup, met de l’avant l’importance de ne jamais perdre de vue la jeunesse, même en situation de crise. Les jeunes sont notre futur, sur eux repose notre avenir à tous, et l’œuvre les ramène à l’avant-plan de façon spectaculaire.

Le titre fait référence aux images qui sont en flottement et aux idées des enfants qui voyagent et s’envolent dans les airs.

« Cette murale est un hommage aux enfants. Lors de la pandémie, ils étaient absents de l’ensemble de la sphère publique, faisant partie des plus confinés. Avec ce projet, on peut voir leurs passions, leur curiosité, leurs intérêts hétéroclites. On redonne aux enfants l’espace qu’ils méritent, le cœur de la ville. » – Pierre Durette.

 

Dans cette section