Future Earth

Future Earth est un organisme international qui a pour objectif de contribuer à l’avancement des connaissances et à la mise en œuvre de solutions en matière de développement durable et de lutte contre les changements climatiques. Cet organisme, qui collabore avec la société et les utilisateurs de la recherche, est établi dans cinq grandes villes sur trois continents : Montréal (Canada), Paris (France), Tokyo (Japon), Stockholm (Suède) et Boulder, au Colorado (États-Unis). Montréal a été choisie en 2015 comme siège du secrétariat mondial en plus d’être l’un des cinq pôles régionaux de l’organisme.


Future Earth Montréal

Depuis 2014-2015, les Fonds de recherche du Québec permettent notamment le financement d’activités de diffusion, d’animation et de coordination du pôle montréalais. Ce pôle mobilise un réseau de 300 scientifiques canadiens et de 30 institutions publiques et privées canadiennes et internationales, provenant de nombreuses disciplines et secteurs, afin de relier les projets locaux aux initiatives de durabilité mondiale de Future Earth. Toutes les universités sont impliquées de même que plusieurs ministères (MRIF, MDDECC, etc.), la Ville de Montréal et les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC).

Le pôle montréalais pose un regard systémique sur deux grandes thématiques : la durabilité à l’ère numérique et les trajectoires scientifiques pour la durabilité.


La durabilité à l’ère numérique

Misant sur l’expertise en intelligence artificielle présente dans la métropole et développé avec les conseils d’un comité international d’experts aviseurs , le soutien des Fonds de recherche du Québec, la Fondation ClimateWorks, le Centre de recherche et d’innovation du Royaume-Uni, le CIFAR, Mitacs, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et Mila, le programme de recherche et d’innovation intitulé Digital Disruptions for Sustainability, alias l’agenda D^2S, a été développé pour offrir un cadre d’opportunités en vue de promouvoir la collaboration et mobiliser le pouvoir de la révolution numérique pour transformer la société vers un monde durable et équitable à l’ère du numérique. L’agenda a reçu une couverture médiatique dans 55 médias, 19 pays et 7 langues. Misant sur l’expertise en intelligence artificielle présente dans la métropole et développé avec les conseils d’un comité international d’experts aviseurs , le soutien des Fonds de recherche du Québec, la Fondation ClimateWorks, le Centre de recherche et d’innovation du Royaume-Uni, le CIFAR, Mitacs, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et Mila, le programme de recherche et d’innovation intitulé Digital Disruptions for Sustainability, alias l’agenda D^2S, a été développé pour offrir un cadre d’opportunités en vue de promouvoir la collaboration et mobiliser le pouvoir de la révolution numérique pour transformer la société vers un monde durable et équitable à l’ère du numérique. L’agenda a reçu une couverture médiatique dans 55 médias, 19 pays et 7 langues.

D’autres réalisations :


Des trajectoires scientifiques pour la durabilité

L’objectif de cette initiative, basée sur une série d’ateliers organisés à l’échelle locale, nationale et internationale, est d’identifier de nouvelles questions et pratiques de recherche pour approfondir les connaissances des systèmes socio-écologiques.L’objectif de cette initiative, basée sur une série d’ateliers organisés à l’échelle locale, nationale et internationale, est d’identifier de nouvelles questions et pratiques de recherche pour approfondir les connaissances des systèmes socio-écologiques.

Appel à candidatures 2020

Exemples d’ateliers et de forum :

La création, à Montréal, d’un secrétariat décentralisé donne au Québec l’occasion d’être à l’avant-garde d’un mouvement unificateur et intégré, privilégiant une approche ambitieuse qui traverse les disciplines, les frontières et les modèles de développement pour répondre à un défi sociétal et environnemental majeur. Pour le Québec, le choix de Montréal comme secrétariat général procure une force d’attraction de talents locaux, nationaux et internationaux dans tous les champs de recherche liés aux sciences de l’environnement, ainsi qu’un levier pour accéder à des fonds nationaux et internationaux.


Dans les médias

Dans cette section