L’agriculturel

Agronuméricus ou l’agriculture dans un monde numérique

Soucieux de mettre en valeur la richesse des croisements sectoriels pour répondre à de grandes préoccupations sociétales – ici pour examiner les grands enjeux liés à l’agriculture, un univers qui connaît, faut-il le rappeler, d’extraordinaires progrès scientifiques et technologiques comme de profonds bouleversements sociaux – les Fonds de recherche du Québec (FRQ) se sont associés au Centre d’innovation sociale en agriculture (CISA) pour organiser un colloque dans le cadre du 85e Congrès de l’Acfas : Agronuméricus – que sera l’agriculture dans un monde numérique? qui s’est tenu le 10 mai 2017.

Lors du colloque, 21 chercheurs scientifiques et acteurs engagés ont croisé leurs expertises sur l’agriculture, la culture, le numérique et l’innovation sociale. Des orientations et des réflexions stratégiques y ont été présentées à partir de trois scénarios mettant en exergue l’impact du numérique sur l’agriculture. Le premier scénario portait sur l’optimisation de l’agriculture par le numérique, le deuxième posait la question du droit à l’alimentation pour tous et le troisième portait sur l’écoresponsabilité citoyenne.

En somme, en partant de trois scénarios, une « intelligence collective » était mise à contribution sur les enjeux qui traversent l’agriculture dans un monde numérique. Le résultat souhaité consistait à mettre ensemble des acteurs issus d’horizons multiples et à proposer des solutions innovantes pour répondre aux grands défis que doit relever la société, et tout particulièrement le monde agricole, à l’heure d’une révolution numérique sans précédent. En tablant sur une approche fondée sur les regards croisés, ce fut en quelque sorte une autre manifestation de ce que représente une mobilisation intersectorielle, à savoir une approche féconde s’agissant de faire émerger autrement des questions de recherche et de construire collégialement des solutions innovantes, adaptées et socialement acceptables.

 

Présentations

 

Exposition agriculturelle

Genèse de l’Exposition agriculturelle

Le projet a été présenté à je vois MTL le 17 novembre 2014, à la Place des Arts. Lors de l’atelier sur l’Exposition agriculturelle, l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et Espace pour la vie, leaders du projet, en ont présenté la genèse, soit le besoin de créer des passerelles entre la ville et la campagne, le transfert et la mobilisation des connaissances au cœur des préoccupations des acteurs de la recherche, Montréal comme ville du savoir et de la créativité, et le rôle de l’UQAM et des autres universités pour soutenir la vitalité et le rayonnement de Montréal. Au terme de cet atelier, les leaders se sont engagés à organiser pour le 375e anniversaire de Montréal, en collaboration avec d’autres partenaires, une exposition agriculturelle. Parmi les partenaires se trouvaient, outre l’Union des producteurs agricoles, les FRQ préoccupés par la valorisation des résultats de recherche et inspirés par la portée intersectorielle de ce projet ambitieux et fédérateur, sa grande pertinence sociétale. Le concept d’exposition agriculturelle était né.

Par ailleurs, le forum Art, Culture et Mieux-être organisé par les FRQ en février 2013 avait permis de tirer la conclusion qu’il était urgent de créer un espace de recherche et de création qui réunit des acteurs provenant de disciplines et de milieux différents pour réfléchir et faire face ensemble à un grand enjeu de société, et chercher résolument une forme et une manière permettant de faire émerger les questions sous un éclairage nouveau. L’appel a bel et bien été entendu. Trois ans plus tard, les questions liées à l’agriculture et à l’alimentation étaient abordées depuis la perspective de la science, de l’art et du monde agricole.

 

Édition 2016 : Entre campagnes et villes – cultures cherchent cultures

En ciblant trois champs de réflexion (éthique, sécurité et développement de l’agriculture entrepreneuriale) et trois problématiques (écologie et technologies, groupes fragilisés et alimentation), le tout confié à deux groupes de communicateurs : des nourriciers et des commensaux, tout était en place pour créer des passerelles entre ville et campagne. En clair, en mettant en relation des scientifiques, des agriculteurs, des artistes et le grand public autour d’enjeux liés à l’agriculture, le projet d’Exposition agriculturelle entendait, d’une part, favoriser dans les milieux urbains une meilleure compréhension des enjeux liés à l’agriculture et, d’autre part, mettre à la disposition des milieux ruraux une expertise multidisciplinaire, tant sur le plan scientifique que sur le plan culturel.

 

Édition 2017 : Cultiver la curiosité

Sous le thème Cultiver la curiosité, l’édition 2017 de l’Exposition agriculturelle poursuit sa lancée et pose un nouveau regard sur l’art, la science et l’agriculture en multipliant les lieux de création, de diffusion et de circulation des connaissances. Les manifestations ont pris les formes suivantes :

  • Une exposition Plantas autofotosintéticas de Gilberto Esparza à la Galerie de l’UQAM, en collaboration avec la Maison du développement durable;
  • Un atelier en bioélectronique avec l’artiste Gilberto Esparza et l’ingénieur Diego Liedo au pavillon des Sciences biologiques de l’UQAM;
  • La projection architecturale Paysage agricole en transformation sur la façade du pavillon Président-Kennedy de l’UQAM, au cœur du Quartier des spectacles;
  • Un mixOFF agriculturel dans le cadre du OFFTA, festival d’arts vivants, au pavillon Sherbrooke de l’UQAM, des rendez-vous inusités où artistes, chercheurs et agriculteurs imaginent ensemble des utopies qui servent de prémisses à des projets;
  • Des conférences Libres cours dans l’aire de restauration des Jardins Gamelin sur le thème « Exprimer sa nature en ville » où des étudiants aux cycles supérieurs abordent tantôt l’agriculture urbaine comme façon de transformer la cadence urbaine tantôt les toits verts comme moyen de réconcilier la nature et la vie;
  • Une création sur la détresse psychologique et la problématique du suicide dans le monde agricole présentée sur l’Esplanade du parc olympique dans le cadre de l’événement Les Portes ouvertes sur les fermes du Québec organisé par l’Union des producteurs agricoles. Cette création a été présentée la première fois dans le cadre de l’événement MixOff du OFFTA.