2.6

Capacité de recherche

Diplomation : effort toujours considérable, mais en perte de vitesse

De semblables constats se dégagent aussi de l’examen de la diplomation (Figure 2‑6). Ainsi, le nombre de baccalauréats décernés dans les universités québécoises a progressé de façon constante entre 2000 et 2008, passant de 28 000 à 34 000, il a ensuite plafonné jusqu’en 2012 pour ensuite augmenter autour de 38 000 en 2013 et 2014[1]. Du côté de la maîtrise, le nombre de diplômés est passé de 7 500 à 12 400 au cours de la période étudiée. Au doctorat enfin, alors qu’on comptait moins de 1 200 diplômés par année entre 2000 et 2003, leur nombre atteint presque 2 000 en 2014.

Comme on l’observe avec les inscriptions, la représentation des universités québécoises dans l’ensemble canadien tend à diminuer en termes de diplomation. Alors que le Québec comptait pour près de 22 % de tous les baccalauréats décernés au Canada en 2000, cette proportion a chuté jusqu’à 19 % en 2007 pour se maintenir ensuite à ce niveau entre 2008 et 2014. Du côté de la maîtrise, on assiste à partir de 2005 à un déclin assez prononcé de la part du Québec, qui passe de 31 % à 26 % en 2010 pour ensuite se stabiliser à ce niveau jusqu’en 2014. Au doctorat par contre, la tendance est beaucoup moins claire puisque la part du Québec oscille entre 27 % et 30 % tout au long de la période étudiée.

Notons en terminant que, compte tenu du fait que la population québécoise représente ces dernières années environ 23 % de la population canadienne, l’effort relatif du Québec aux études des cycles supérieurs apparaît encore considérable à la fin de la période étudiés, avec des parts de 28 % au doctorat et 26 % à la maîtrise. Au baccalauréat par contre, la part de 19 % du Québec devrait apparaître comme un sujet de préoccupation.

[1] Il faut noter cependant que cette hausse subite du nombre de diplômes de baccalauréat décernés doit être considérée avec une certaine circonspection, puisque ces chiffres de Statistique Canada ne peuvent pas être corroborés avec ceux du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement du Québec (encore non publiés en 2017) et qu’une pareille augmentation du nombre de diplômes ne correspond pas à une semblable augmentation des inscriptions quelques années plus tôt.

Figure 2-6 | Nombre de diplômes décernés au baccalauréat, à la maîtrise et au doctorat, 2000 à 2014

Source : Statistique Canada, CANSIM 477-0020, (téléchargé le 14 juin 2017).